passer au contenu principal

Centre d’Information des Jeunes (CIJ)

1er novembre 2007

Centre d’Information des Jeunes (CIJ)

Introduction

Plus d’un milliard d’individus de part le monde est âgé de 15 à 24 ans autrement dit, 20 % des habitants de la planète sont des jeunes.
Jusqu’à 50 % de la population des pays en développement dont la Mauritanie, a moins de 16 ans.
Autrefois, les jeunes n’étaient pas considérés comme un groupe cible spécifique dans le cadre de la coopération au développement. On supposait que leurs besoins pourraient être satisfaits à travers les programmes en direction des femmes ou des familles. Et pendant longtemps on a cru que les jeunes étaient la tranche d’âge la plus saine.

Aujourd’hui, on est plus attentif aux adolescents aux jeunes et à leurs problèmes de santé - surtout en liaison avec le VIH/SIDA et les grossesses précoces et non désirées, les mariages précoces, les mutilations génitales, les avortements à risque. Malgré tout, les mesures cherchant à promouvoir la santé des jeunes ne sont pas focalisées sur les maladies sexuellement transmissibles et les risques qui en découlent.
L’éducation sexuelle joue un rôle central dans le développement de tous les adolescents et jeunes. Surtout que les premières expériences sexuelles influencent profondément le développement de la personne et son comportement sexuel à l’âge adulte.
La pauvreté, l’accès réduit à l’information, au conseil et aux services sanitaires, le faible niveau d’éducation et de formation, l’inégalité entre hommes et femmes, adultes et adolescents, l’exploitation et la violence sexuelle, peuvent empêcher les jeunes de devenir des individus responsables ayant un comportement solidaire et respectueux . De ce fait, les programmes et projets de coopération au développement doivent encourager les prestations de services de conseil et de prise en charge en faveur de la santé de la reproduction des adolescents et jeunes. Ceux-ci doivent y contribuer en formulant eux-mêmes leurs besoins et en prenant une part active dans le développement des programmes les concernant.
Les jeunes ont tendance a :
ne pas prévoir leur action ni les conséquences de celle-ci ;
ne pas croire courir de risques ;
ne se sentent pas vulnérables ;
avoir un manque de confiance ou de motivation
ressentir la gêne ou n’osent pas insister sur leurs besoins d’informations sexuelles
ne pas être en possession de pouvoir, pour négocier l’emploi de préservatifs et autres moyens de contraception
d’être sous la pression des normes ou croyances sociales ou culturelles
les centres de santé ne sont pas conçus d’une façon qui attire les jeunes
à ne pas avoir confiance aux prestataires des centres de santé surtout si, ils sont célibataires.
En plus il se peut que les jeunes n’aient pas les moyens pour se rendre aux centres de santé, par crainte d’être mal jugés, et s’inquiètent à l’idée d’un examen médical
Si on prend en compte les autres facteurs socioculturels de la ville de Nouakchott tel que l’urbanisation rapide due à l’exode rural, l’émergence de nouveaux quartiers surpeuplés et pauvres s’y ajoutent le taux élevé d’analphabétisme, et le taux de chômage chez les jeunes,
On se rend compte combien les jeunes sont exposés aux dangers des IST/VIH/SIDA, par le manque d’informations et de structures d’accueils pouvant dispenser des services sur la santé de la reproduction loin de la stigmatisation et des préjugés.
C’est pour répondre aux attentes des jeunes et adolescents que SOS PE a ouvert un centre d’écoute et d’information des jeunes.

Pourquoi El Mina
El mina est l’un des quartiers les plus peuplés et les plus pauvres de Nouakchott. Ajouté à cela un taux élevé de chômage qui rend ce public extrêmement vulnérable par rapport au VIH/SIDA. Sans oublier l’analphabétisme profond qui règne chez cette population. C’est ainsi que les jeunes d’El Mina sont souvent victime de prostitution et de délinquance juvénile.

C’est fort de ce constat que SOS PE a décidé d’ouvrir Le CIJ dans ce quartier en vue d’apporter au public cible l’information adéquate pour se protéger contre cette pandémie.

SPECIFICITES du CIJ
D’abord le CIJ se trouve dans un quartier populaire et périphérique de Nouakchott contrairement aux autres centres qui le plus souvent se trouvent en centre ville plus proches des sites administratifs que du public cible.
Ensuite la proximité du service offert qui s’adapte aux horaires et à tous les besoins des bénéficiaires qui trouvent là un cadre idéal d’épanouissement à travers la diversité des activités menées dans ce centre. En plus le centre est géré par des jeunes qui connaissent bien les problèmes de leurs pairs et qui parlent tout les langues nationales.

Objectif général
Contribution au développement de la jeunesse par l’information, l’éducation et la communication (IEC).
Les objectifs spécifiques
Fournir des informations et des conseils aux jeunes en ce qui concerne la santé de la reproduction./jeune
Orienter les adolescents et les jeunes vers les structures sanitaires spécialisées.
Sensibiliser les adolescents et les jeunes pour l’adoption d’un comportement sexuel responsable.
Fournir une documentation sur touts les sujets relatifs à la santé de la reproduction des adolescents et des jeunes.
Mobiliser les jeunes pour la promotion du dépistage volontaire.
Prendre en charge les personnes vivantes avec le VIH.
Former des pairs éducateurs en technique de communication sur les IST/VIH/SIDA

Les activités permanentes du centre

  • Formation de pairs Educateurs sur la Santé de la Reproduction
    Approvisionnement et distribution de préservatifs
  • Prise en charge des jeunes et adolescents
  • Counseling
  • Conception de supports éducatifs.
  • Ouverture et animation de la Bibliothèque : Qui compte plus de 1000 documents dont la plus grande partie concerne la santé de la reproduction
  • Les jeunes des établissements primaires (enfants) ne sont pas oubliés eux aussi, en collaboration avec certains établissements de la zone le centre offre aux écoliers des séances d’animation portant sur l’éducation en général, celle des filles en particulier, le droit des enfants à l’éducation la santé la protection etc.…
  • Organisation de conférences - débats sur des thèmes spécifiques
    Initiation à l’informatique : chaque mois le centre initie gratuitement 4 personnes en informatique en raison de 4O heures par personne
  • Perfectionnement en langues : locales et internationales (poular, hassaniya, français et anglais)
  • Conception de scénarios et répétitions théâtrales

    Activités sportives

    • Des tournois de football (petit camp) et de pétanque sont organisés. Ces tournois sont accompagnés de séances d’animations et de sensibilisation sur le VIH/SIDA.
    • Le CIJ permet aussi aux jeunes de suivre à la télévision tout les grands événements sportif mondiaux en direct et à la mi-temps des causeries ou projection de films sur le VIH/SIDA sont dispensés aux jeunes.

Ecoute et Conseil
La mise en place d’une cellule d’écoute au niveau du centre constitue un espace où les jeunes et les adolescents peuvent parler librement des problèmes de leur sexualité en toute confidentialité avec des pairs éducateurs formés en counseling.
Bénéficiant déjà d’une prise en charge psychosociale et pouvant être référé dans des structures sanitaires adéquates en cas de besoin, ces jeunes trouveront dans cet espace une réponse à leur besoin d’information en matière de la santé de la reproduction.
Sensibilisation et information
La sensibilisation des jeunes et adolescents pour un comportement sexuel responsable par le biais des causeries éducatives, des focus groupes et des projections de films.
La disponibilisation d’informations relatives à la santé de la reproduction par l’ouverture d’une bibliothèque contenant plus de mille (1000) documents permettant une occupation saine de ces groupes cibles dans leur moment de loisir.
La prévention du VIH/SIDA passe aussi par le dépistage. La promotion du dépistage volontaire, anonyme et gratuit se fera par une prise en charge des clients par des conseillers formés en vue de leur donner toutes les informations nécessaire concernant l’importance de la connaissance du statut sérologique et de les préparer par un pré test pour faire le dépistage et dans le post test à la gestion des résultats du test et de leur éventuelle prise en charge psychosociale.

Formation
Une salle de six mètres (6) sur douze (12) permet d’animer des sessions de formation au niveau du CIJ et des conférences
La formation en technique de communication sur les IST/VIH/SIDA de pairs Educateurs se fera au niveau des structures de jeunesse, l’objectif dans ce sens est de mettre en place des réseaux d’agent- relais, qui permettront une sensibilisation de proximité dans les quartiers populaires et dans les structures de jeunesse. Ces formations porteront essentiellement sur trois modules :
IST (Infection sexuellement transmissible)
VIH/SIDA
I E C (l’approche utilisée l’éducation par les pairs)


Approvisionnement et distribution de préservatifs
L’approvisionnement se fera en collaboration avec PNLS. Qui nous fournira un lot à chaque fois que le besoin se fera sentir
Une fiche de distribution est élaborée pour une évaluation de la demande. Elle se fera à deux niveaux
Les pairs éducateurs ont le droit de distribuer jusqu’à un paquet de préservatifs par semaine
Des personnes appelées des relais de distribution (qui travaillent en collaboration avec des structures privées ou en collaboration avec des maisons closes) en générale ce sont des personnes connues dans les différents quartiers de Nouakchott.

Animations culturelles
La mise en place d’une troupe théâtrale composée de pairs éducateurs permet une sensibilisation par le biais du théâtre d’un public plus large, au niveau de toutes les couches confondues de la population. Ces animations théâtrales se font en langues nationales.
Les scénarios sont conçus par les pairs éducateurs, dont les thèmes abordent les différents aspects de la santé de la reproduction. Les répétions théâtrales se font deux fois par semaine dans la salle de formation du CIJ.

Activité sportive
La pratique sportive instituée au CIJ au profil des pairs éducateurs et des jeunes du quartier permet d’attirer les jeunes et les adolescents qui participent à cette activité à s’intéresser aux activités du CIJ et de pouvoir bénéficier des services offerts, donc un moyen de sensibilisation. Les entraînements sportifs se font tous après midi de 17h à 19h.
D’autre part le CIJ offre aux pairs éducateurs des cours d’initiation en informatique (20h de cours par personne) toutes les matinées et les après midi.
Des cours de langue aussi sont offertes sous forme de discussions en vue d’élargir les canaux de communication des pairs éducateurs

Le Personnel du Centre :
Le fonctionnement du centre est assuré par des pairs éducateurs volontaires , donc un personnel bénévole membre de SOS PE qui assure la permanence au niveau du CIJ ,aussi bien sur le plan administratif que dans les autres domaines d’activités du CIJ.Ce personnel n’est pas rémunéré, SOS PE n’étant pas en mesure en ce moment de supporter le coût des charges salariales , pourtant combien nécessaire pour la pérennité de ce centre, qui joue un rôle important dans la prévention des IST/VIH/SIDA et de conseil en matière de santé de la reproduction des jeunes. Si une solution n’est pas trouvée dans ce sens, ce sera une situation qui risquerait de perturber le fonctionnement du centre.

Modalités de fonctionnement du centre
Administrativement le centre est dirigé par le président de SOS PE, un administrateur financier, un coordinateur
Des activités, un bibliothécaire, un logisticien, une secrétaire et un planton.
Le CIJ fonctionne financièrement avec l’appui des membres de SOS PE. Chaque membre de SOS PE qui travaille verse 10% de son salaire à la caisse de SOS., les autres membres aussi qui n’ont pas de travail fixe participent à la caisse suivant les types d’activité qu’ils font. Ces cotisations permettent au CIJ de pouvoir faire face à certaines charges qui sont ponctuelles : Eau, électricité, location, entretien des machines et salaire du gardien.